Please reload

Recent Posts

I'm busy working on my blog posts. Watch this space!

Please reload

Featured Posts

Le vote reporté, la majorité impose sa loi

November 15, 2017

Dans la livraison du rapport, il y a eu du retard. Le rapport est tellement volumineux qu'il est impossible de l'imprégner en deux jours. Mes consultants doivent avoir du temps pour l'analyser avant que je vienne en débattre dans l'assemblée. Les explications, ou encore mieux les prétextes, n'ont pas tari pour justifier le refus de la majorité Tèt kale de statuer sur le rapport. Joseph Lambert, vieux champion de la politique, allié de PHTK, y est allé de son mot. «Il nous faut au moins une douzaine de jours pour bien nous pénétrer du rapport», a-t-il soutenu, politique, tout en couvrant de fleurs les commissaires d'avoir parachevé l'enquête.

Il n'en fallait pas plus pour que Jean Renel Sénatus lui coupe la parole. Le sénateur de l'Ouest, décidé à voter le rapport ce mardi, a, voix de stentor, enquillé les scuds. «Le pays a trop de voleurs!» «Il faut sortir de ce cycle où les voleurs supportent les voleurs!» Peu suffisant pour porter à se raviser les élus progouvernementaux qui ne veulent nullement l'entendre de cette oreille. Ces derniers, sans se masquer, souvent sous le ton de la blague, ont plaidé pour un long report qui serait de nature à faire sortir l'affaire des manchettes de l'actualité. Au bout du compte, il en sortent relativement gagnants parce que la séance, qui fait trembler les épinglés, est reprogrammée au jeudi 30 novembre.

Youri Latortue et Evalière Beauplan : même combat

Le président de la commission de suivi et d'approfondissement, Evalière Beauplan, a quitté l'hémicycle indigné. Il parle de «marchandages» pour qualifier les acrobaties des élus de la majorité pas trop enclins à aller vite, comme lui, comme Youri Latortue. Comprendre: les sénateurs Youri Latortue et Evalière Beauplan, deux vieux briscards de la politique haïtienne, qui ne sont pas de la même mouvance politique mais qui ont bataillé ensemble [COREH] contre le régime de René Préval, se rejoignent aujourd'hui encore – occasionnellement – aux fins de forcer un procès PetroCaribe avec la publication du rapport qui met en cause une quinzaine d'anciens hauts fonctionnaires et des firmes.

«Des millions de gourdes vont être dépensées pour enterrer des milliards de dollars américains», a ironisé le sénateur Evalière Beauplan, comme pour insinuer que des élus seront arrosés, histoire de tuer le rapport sur le Bicentenaire et d'amoindrir, du coup, toutes les possibilités d'un procès PetroCaribe, à l'image de Petrobras au Brésil. Ces élus ne se soucient pas des problèmes sociaux de la population, a enchaîné le premier des commissaires, convaincu d'avoir produit un travail «impartial». Le parlementaire voit dans les dilatoires des élus de la majorité une velléité d'enterrer le rapport qu'il annonce tout de même pouvoir déposer sous peu à l'appréciation des instances internationales.

Le président du Sénat, lui aussi, n'en est pas content, lui qui veut aller vite, à moins de trois mois de la fin de son mandat. «Pour moi, ce serait plus correct que les débats aient lieu cette semaine», a balancé Youri Latortue, en marge de la séance. Si aujourd'hui le Sénat, devant la faillite de l'UCREF, de l'ULCC et la Cour des comptes, prend ses responsabilités, les sénateurs doivent prendre eux leurs responsabilités, a expliqué le puissant sénateur de l'Artibonite, insistant sur le mauvais classement de l'île dans les rapports portant sur les indices de corruption. Et d'ajouter: «Il y a une commission qui produit un rapport. Celui-ci peut avoir des faiblesses. Mais il faut utiliser ses forces pour commencer par mettre de l'ordre dans le pays», a soutenu Youri Latortue.»

«Sur chaque gourde dépensée, presque 25% va dans la corruption»

Le premier des sénateurs, qui fait sien le combat contre la corruption depuis peu, se montre sensible quant à l'image du pays. «Sur chaque gourde dépensée, presque 25% va dans la corruption. Chaque sénateur doit prendre ses responsabilités. Les pays qui nous regardent peuvent dire qu'il ne s'agissait que des dilatoires. Ils peuvent dire que les corrompus ont les bras longs et que les choses ne vont pas changer», a déroulé Youri Latortue, peu après que les élus du PHTK ont déserté la salle. Mais le président de la République, qui a influence sur sa majorité, ne répète-t-il pas à tout-va sa volonté de combattre la corruption? La réponse d'Evalière Beauplan n'en est pas moins énigmatique: «C'est de la fable!»

Les élus de la majorité sont partis avec des rires jaunes aux lèvres. Avec cette première manche gagnée, ils vont sortir d'autres cartouches de leurs munitions. Déjà, comme a insisté le sénateur Carl Murat Cantave, il faut qu'il y ait un vote sur la recevabilité du rapport ou non. Ce à quoi le bureau s'oppose pour l'instant, arguant que le vote de recevabilité est applicable pour les projets de loi et les propositions de loi, mains non pour une enquête que l'assemblée avait exigée. Alors, forcément, on semble très loin de la lumière sur le gaspillage de l'argent vénézuélien – argent pour lequel une pression fiscale sans précédent s'exerce déjà sur la population en vue de renflouer le service de la dette du budget 2017-2018.

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Follow Us

I'm busy working on my blog posts. Watch this space!

Please reload

Search By Tags