Please reload

Recent Posts

I'm busy working on my blog posts. Watch this space!

Please reload

Featured Posts

Jovenel Moïse et Youri Latortue dans la souricière de la corruption

November 16, 2017

En déclarant haut et fort que « le pays a cinq problèmes : la corruption, la corruption, la corruption, la corruption, la corruption », le président Jovenel Moïse est entré tout seul, la tête la première, dans un piège d'où l'on ne peut sortir qu’en traquant et en traînant des coupables devant les tribunaux.

S’engager à combattre la corruption, c’est comme on le dit si bien ici prendre un engagement chez le diable. Cela implique de payer le prix du ''point''.

La publication du rapport PetroCaribe, dans sa version Beauplan, met le président de la République devant ses responsabilités de garant de la bonne marche des institutions. S’il ne peut pas prendre le texte pour argent comptant, il ne peut non plus l’ignorer.

Le président du Sénat, Youri Latortue, est dans la même situation. Le sénateur de l’Artibonite avait lancé le processus de vérification des comptes du fonds PetroCaribe, le président de l’Assemblée nationale qu’il est devenu a la responsabilité d’accompagner la nouvelle version du rapport qui reprend le gros de ses recommandations antérieures.

Youri Latortue pourra-t-il mener le Sénat sur les sentiers de la guerre contre la corruption ? Pourra-t-il porter les vingt sénateurs PHTK et alliés à sévir contre des ex-ministres de Michel Martelly ?

Les accusations contenues dans le rapport PetroCaribe sont graves en dépit de failles méthodologiques évidentes. Le président et ses alliés de la majorité dans les deux chambres du Parlement ne peuvent que souhaiter que plus de lumière soit faite pour découvrir les méandres de la plus grande gabegie de notre histoire. C’est le moins qu’ils puissent faire avec tous les risques que cela comporte pour leurs amis, leurs ennemis et même pour eux-mêmes.

Sachant ce que valent la justice et les organismes de contrôle qui ne font pas leur travail constant à mettre des bâtons dans les roues des corrupteurs et des corrompus, encore moins à les mettre sous les verrous, le président et ses alliés parlementaires vont-ils faire que de la politique, jouer le temps, demander de nouvelles enquêtes, laisser les accusations suivre leur cours devant les instances concernées ?

Ils ne peuvent pas étouffer purement et simplement l’affaire PetroCaribe.

Jovenel Moïse joue l’avenir de son quinquennat sur ce dossier. Il devra choisir de se transformer en protecteur des corrompus ou en Hercule devant les écuries d’Augias.

La classe politique ne lui fera pas de cadeau et réclamera toujours plus. La communauté internationale peut le transformer en pestiféré. Ses amis politiques peuvent devenir ses pires ennemis. Le président est devant un choix difficile.

Jovenel Moïse, avec ses propres mots, a armé le piège de la souricière. Il a clamé sa volonté d’abattre la corruption. Il lui faudra trouver les attitudes et les actions adéquates pour donner le bon exemple.

Youri Latortue a lancé la lutte contre les dilapidateurs des fonds PetroCaribe. Il se retrouve maintenant devant la montagne. Saura-t-il mettre les souris au trou ou sera-t-il celui qui nous fera voir qu’il n’y avait qu’un écran de fumée dans les enquêtes du Sénat, et que même pas une souris ne sortira des entrailles de la montagne ?

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Follow Us

I'm busy working on my blog posts. Watch this space!

Please reload

Search By Tags