Please reload

Recent Posts

I'm busy working on my blog posts. Watch this space!

Please reload

Featured Posts

La commission prête à défendre son rapport, Willot Joseph restera fidèle à son camp

November 30, 2017

En attendant la séance du 30 novembre au Sénat de la République pour plancher sur le rapport de la commission spéciale chargée d’approfondir le rapport d’enquête de la commission Justice et Sécurité publique sur l’utilisation des fonds PetroCaribe, le sénateur du PHTK Willot Joseph restera fidèle à son camp. Il y a de fortes chances qu’il vote contre le rapport soumis par la commission spéciale du sénateur Beauplan. « J’ai découvert plusieurs failles dans le rapport. Il n’est pas assez fiable ni me convainc suffisamment », a-t-il avancé comme élément d’explication. Le sénateur du département du Centre estime que ceux qui ont préparé le rapport ont une « position politique trop avancée ». Il dénonce le parti pris du document, un règlement de comptes et s’oppose à un esprit de vengeance qui, selon lui, caractérise le rapport. « Les commissaires, dans le cadre du rapport, ciblent spécialement certaines personnalités dans le but de les détruire alors qu’ils négligent beaucoup d’autres ».

 

Willot Joseph avait souhaité qu’il n’y ait aucune considération pour ceux qui ont participé dans la dilapidation des fonds PetroCaribe. Il annonce qu’il va exiger un contre-rapport ou un autre rapport plus approfondi. Il invite ses collègues à ne pas se précipiter. «Tous ceux qui sont impliqués de loin ou de près dans le gaspillage des fonds de l’État doivent être mentionnés dans le rapport pour l’histoire, et pour que le pays sache», martèle le sénateur. Il annonce qu’il va voter contre le rapport parce qu’il n’entend « détruire personne sur la base des caprices de certains». « Je suis pour la loi et pour la vérité », indique l’ancien député.

 

«Tout ce qui est dans le rapport s'appuie sur des faits», avance, de son côté, Antonio Chéramy, l’un des commissaires. Le sénateur de l’Ouest continue de rejeter toutes les critiques formulées contre le document. « Nous ne sommes pas là pour condamner qui que ce soit », rassure-t-il. Le parlementaire affirme avoir signé le rapport parce que ceux qui ont volé l’argent du peuple doivent payer. Appelant ses collègues à se présenter pour la tenue de la séance jeudi prochain, Antonio Chéramy invite ceux qui ont déjà l’intention de défendre les personnes incriminées dans le rapport à s'armer de solides arguments.

 

« Si les collègues veulent défendre ceux qui sont épinglés dans le rapport, ils doivent avoir des arguments solides parce que nous, nous avons des preuves de tout ce qui est dit dans le rapport. Nous allons prouver où il y a eu désordre», prévient le chanteur de Brothers Posse, mentionnant que la plupart des contrats analysés dans le rapport ont été passés de gré à gré, sans respecter les prescrits légaux.

L’autre sénateur de l’Ouest Patrice Dumont, dans un document rendu public depuis plusieurs jours, a déjà annoncé qu’il voterait en faveur du rapport en dépit des imperfections qu’il dit constater dans le document. Le parlementaire inscrit sa démarche plutôt dans une logique de combat contre la corruption tout en appelant l’UCREF, l’ULCC et la Cour supérieure des comptes à traiter de la question sans délai. Il souhaite aussi que l’enquête soit approfondie en vue de « découvrir d’autres actes de corruption qui ont pu échapper à la sagacité des commissaires de 2017, et de reconnaitre une ou des erreurs, s’il y a lieu, sur les noms d’anciens Premiers ministres, ministres, directeurs généraux, d’entreprises épinglés ».

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Follow Us

I'm busy working on my blog posts. Watch this space!

Please reload

Search By Tags