Please reload

Recent Posts

I'm busy working on my blog posts. Watch this space!

Please reload

Featured Posts

Les déclarations de Jovenel Moïse soulèvent la colère des organisations de droits humains

December 16, 2017

Les propos tenus par Jovenel Moïse au cours de sa rencontre avec les membres de la communauté haïtienne à Paris sur le rapport sénatorial accablant non encore sanctionné par l’Assemblée sur le fonds PetroCaribe n’en finissent pas de susciter des réactions. C’est le tour des organisations de droits humains qui appellent à une « mobilisation citoyenne pour faire échec à toute velléité » du chef de l’État de noyer les rapports sénatoriaux sur la dilapidation des fonds PetroCaribe.

Dans une note de presse en date du 15 décembre, ces défenseurs des droits humains accusent entre autres le chef de l’État de vassaliser l’Unité de contrôle et de renseignements financiers (UCREF) et de neutraliser d’autres institutions importantes, qui sont de véritables outils contre la corruption et les infractions connexes. « Le Président s’en est pris ouvertement à la commission sénatoriale ayant travaillé sur le second rapport et a affirmé avoir lui-même empêché le Sénat de statuer sur ledit rapport. Aujourd’hui, il s’immisce directement dans l’instruction d’un juge qui a sollicité le rapport sénatorial sur la dilapidation des fonds PetroCaribe », ont-ils avancé.

À en croire ces organisations, Jovenel Moïse est un bon acteur quand il projette l’image d’un président qui ne supporte en aucune manière la corruption. Selon eux, ces rapports, complémentaires à bien des égards, constituent une étape importante et historique dans la lutte institutionnelle contre la corruption, « ce mal qui appauvrit la société.» Mais le président Moïse n’en a fait aucun cas.

« La SOFA, l’URAMEL, le RNDDH, la CE-JILAP, le CARDH, la POHDH et le CRESFED sont consternés par le comportement inexplicable du président de la République, Jovenel Moïse. Alors qu’il prétend être le porte-étendard de la lutte contre la corruption, le président de la République met tout en œuvre en vue d’affaiblir les institutions haïtiennes appelées à lutter contre ce fléau », lit-on dans ce rapport.

Les attaques du président contre le pouvoir judiciaire, un sacrilège

De plus, ces organismes de défense des droits humains se sont dit scandalisés d’entendre le président affirmer avoir renouvelé le mandat « d’une cinquantaine de juges soupçonnés de corruption ». « Ces déclarations malvenues du ‘’ président institutionnel ‘’ décrédibilisent encore plus le pouvoir judiciaire, anéantissant ainsi les espoirs des citoyens de voir un jour se tarir cette vanne d’impunité », ont-ils clamé.

Les organisations de droits humains signataires de la note ont invité les citoyens à « élever la voix pour demander des comptes sur l’utilisation du fonds PetroCaribe. […] d’empêcher que le pays soit soumis aux caprices d’un homme ou de quelques hommes qui consolident la dynastie de la corruption, le présidentialisme et toutes les formes de la pensée unique.»

 

 

Les organisations de défense de droits humains signataires : Solidarité Fanm Ayisyèn – SOFA Unité de Recherche et d’Action Médico-Légale - URAMEL Réseau National de Défense des Droits Humains - RNDDH Commission Episcopale Nationale Justice et Paix - CE-JILAP Centre d’Analyse et de Recherche en Droit de l’Homme - CARDH Plateforme des Organisations Haïtiennes de Droits Humains - POHDH Centre de recherche et de formation économique et sociale pour le développement - CRESFED

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Follow Us

I'm busy working on my blog posts. Watch this space!

Please reload

Search By Tags